Chambre de l'impératrice par l'architecte Berthault
La Chambre de l’Impératrice à la Malmaison

En 1799, répondant au désir de son mari qui cherchait une terre aux environs de Paris, Joséphine Bonaparte se porte acquéreur du domaine de la Malmaison.

Elle fait alors restaurer la vieille bâtisse dans la veine néo-classique et fait aménager les jardins. Elle conserva la propriété du domaine après son divorce de napoléon et vivra dans ce véritable château-musée jusqu’à son dernier soupir en mai 1814.

escalier décoration d'intérieur art nouveau
L'Art nouveau, la révolution décorative

Pinacothèque de Paris (exposition du 18 avril au 8 septembre 2013)

En réaction au classicisme, le mouvement Art nouveau n'impose aucune obligation aux artistes. Conçu comme l'art de la liberté, l’art nouveau se dégage en effet des convenances qui entravaient jusque-là la création. Les formes codifiées qui sont la caractéristique de l'académisme éclatent comme pour faire de ce nouveau mouvement un art transgressif au cœur duquel l'érotisme devient une donnée essentielle.

Palais, maisons et autres édifices modernes dessinés à Rome Percier et Fontaine
Percier et Fontaine, grands ordonnateurs de l'architecture néoclassique

Charles Percier (1764-1838) est un architecte et décorateur néo-classique qui travailla en association avec son camarade d'études Pierre-François-Léonard Fontaine à partir de 1794. Leur collaboration fut si étroite qu’il est quasiment impossible de distinguer le travail de l'un ou de l'autre. Ensemble, Percier et Fontaine furent les instigateurs et principaux représentants de cette version du néo-classicisme riche et consciencieusement archéologique appelé le style Empire.

artiste Joan Sallas Sacred stiches Waddesdon Manor décoration intérieur
«Sacred stiches » à Waddesdon Manor

Construit par le Baron Ferdinand de Rothschild afin de présenter sa collection d’art au public mondain du XIXe siècle, le manoir Waddesdon propose désormais aux artistes contemporains de créer in situ. Les créateurs Joan Sallas et Philippa Lawrence présentent leur travail dans le cadre de la programmation d’art contemporain du manoir, qui accueille aussi l’exposition « Points sacrés » (exposition «Sacred stiches » jusqu’au 27 octobre. Waddesdon Manor. Queen Street, Waddesdon, Aylesbury, Buckinghamshire HP18 0JW).

Lambrequin ouvragé avec passementerie pour intérieur de style Napoléon III. Lesage
La saga Lesage, manufacture de broderie

L’histoire de la dynastie Lesage débute dans les années 1880, lorsque Adèle et Gustave Lesage s’installent à Paris. Leur fils, Albert, y naît en 1888.

Il est d’abord commissionnaire dans une société de commerce extérieur, puis est engagé comme directeur-modéliste dans un grand magasin aux USA. Celui-ci revient à Paris en 1922. Il a alors 34 ans et envisage une nouvelle carrière.

Roy Lichtenstein
Roy Lichtenstein, une figure du pop art.

Exposition au Centre Pompidou (galerie 2), du 3 juillet au 4 novembre 2013

Le Centre Pompidou présente la première rétrospective complète en France de l'œuvre de l’artiste pop américain Roy Lichtenstein. Plus d’une centaine d’œuvres majeurs est rassemblée à cette occasion. Cette exposition invite le visiteur à poser un regard nouveau sur cette figure incontournable du pop art américain en allant, précisément « au-delà du pop ».

décoration palais elysées
Le Palais de l’Elysée, histoire et décorum

Au début du XVIIe siècle, l’actuel faubourg Saint-Honoré était une plaine traversée de pâturages et de cultures maraîchères. Entre la grande rue du faubourg Saint-Honoré, simple chaussée menant au village du Roule, et le Grand Cours (devenu depuis avenue des Champs Elysées), l’architecte Armand-Claude Mollet possédait un terrain qu’il vendit en 1718 à Henri–Louis de la Tour d’Auvergne, comte d’Evreux. Le contrat de vente prévoyait que l’architecte Mollet serait chargé d’y construire un hôtel destiné à la résidence du comte d’Evreux.

Tissu Prelle Second Empire
"La soie dans tous ses états" chez Prelle (27 mai au 27 septembre 2013)

La célèbre manufacture Prelle est une entreprise familiale lyonnaise fondée en 1752. Prelle est héritière d'un savoir-faire ancestral qu'elle met au service des décorateurs et architectes d’intérieur depuis maintenant de nombreuses années. La force et la singularité de la Manufacture Prelle est d'avoir su conserver les techniques anciennes et de faire cohabiter plusieurs générations de métiers à tisser. Sont ainsi juxtaposés dans ses usines tant des métiers à bras que des métiers électroniques les plus modernes sans pour autant sacrifier à la qualité ou à la beauté des étoffes.

Pages